logo PORTAIL.WALLONIE.MUSEUM visiter voir apprendre informer

Chapelle Saint-Calixte - Musée du Château comtal

MONSCarte wallonie

 

Description

Informations pratiques

Avantages

Galerie photos

Documentations

Dans la région ...

 

Chapelle Saint-Calixte - Musée du Château comtal

Square du Château

7000 MONS

065/33.55.80

www.monsregion.be - www.paysdemons.be

benoitvancaenegem@ville.mons.be

Histoire   Art religieux   Archéologie

 

Description

12103681.JPG11152730.JPG

Collections

La Chapelle est devenue un Musée. Divers panneaux expliquent l'évolution du site, y compris le cheminement de la restauration du Beffroi. Diverses vitrines présentent les découvertes archéologiques faites sur les lieux. On trouve notamment des fragments de céramique, un morceau de cote de maille, des éperons, un casque en fer...

La visite permet également de découvrir l'ancienne poterne du château donnant sur la rue Marguerite Bervoets, dite la "Tour César", qu'elle relie par une venelle dite "ruelle César" et dont la configuration remonte au XIVe siècle.

Enfin, les gisants placés dans la crypte du XIe siècle sont les copies, à l'identique, de ceux des rois de France Philippe VI de Valois et Charles V le Sage, dont les originaux, oeuvres du sculpteur hennuyer André de Beauneveu, sont conservés au Louvre (Paris) et à Saint-Denis.

Bâtiment

Plus ancien monument religieux de Mons, cette chapelle fut construite en 1051 par l'énergique comptesse Richilde, qui voulait y abriter les reliques du pape Saint-Calixte, mort martyr du IIIe siècle. La Chapelle a été érigée en grès de Bray, avec une impressionnante épaisseur des murs (qui explique sa longévité).

La petite chapelle se compose de deux pièces: la première, voûtée, est le choeur. L'autre est couverte d'un plafond en bois. Autrefois, la voûte en pierre blanche était décorée de fresques romano-byzantines. On y a retrouvé des morceaux originaux avec notamment une tête de christ et une tête de... dragon.

Les fresques actuelles sont récentes. Elles datent de 1951 et ont été réalisées par l'artiste Edmond Dubrunfaut, à partir de dessins pris en 1873, et qui avaient été "recopiés" des fresques byzantines des XIe et XIIe siècles sur l'un des murs du choeur.